Arnaud Desjardins – Récit d’un itinéraire spirituel (2-2)

La deuxième partie qui retrace le parcours remarquable d’un vrai sage (la vidéo est aussi visible en épisodes de 10 minutes sur Youtube).

Arnaud Desjardins – Récit d’un itinéraire… par openeyeman

Share

Arnaud Desjardins – Récit d’un itinéraire spirituel (1-2)

Le parcours remarquable d’un vrai sage (1ère partie) (la vidéo est aussi visible en épisodes de 10 minutes sur Youtube).

Arnaud Desjardins – Récit d’un itinéraire… par openeyeman

Share

Premiers pas dans un ashram

Un saut dans l’inconnu: chez Arnaud Desjardins

Je me décide à prendre la plume pour écrire une belle lettre de motivation à l’ashram d’Arnaud Desjardins dont je lis encore régulièrement les livres. Je me dis que ce petit saut en France me permettra d’en faire un plus grand plus tard vers l’Inde si l’expérience se révèle aussi riche qu’elle le promet.

Après une réponse positive, je m’en vais pour vivre ce premier séjour chez un maître spirituel. Partir seul comme cela, avec mon sac à dos, un bout en T.G.V et l’autre bout en auto-stop pour faire une retraite dans un ashram, c’est déjà une petite aventure toute nouvelle pour moi. C’est l’inconnue et il y a de l’inquiétude. Dans mon cheminement spirituel, ce saut est en fait bien plus grand que les quelques centaines de kilomètres qui doivent me mener à ce petit lieu près de Valence, en France. Avant d’y arriver, mon esprit est tout excité, s’agite et vit un petit combat. Comment cela va-t-il se passer, qui vais-je rencontrer, quelle impression aurai-je à la rencontre d’un maître spirituel,… ? Puisque c’est ma première expérience, l’hôtellerie de l’ashram m’a proposé une retraite de 3 jours. Avec un laps de temps aussi court, je sais que je ne risque pas grand-chose en faisant ce premier pas.

J’arrive à l’ashram après plusieurs heures de voyage. Aussitôt la qualité de l’accueil m’apaise. Le lieu, beau et simple, porte à l’intériorité et au silence. Je loge dans une grande chambre bien propre de quatre lits et mes compagnons de chambrée me sont d’emblée bienveillants. À la suite de mon cousin Pierre, ils sont mes premiers compagnons d’émerveillement. Nous avons en commun la joie du cheminement et le partage des trésors que nous y découvrons. Je prends mieux conscience des richesses de la vie fraternelle.

Le programme que l’ashram propose est suivi, rythmé par le gong et équilibré. Le règlement d’ordre intérieur est discipliné et souple. Les repas se font dans un silence impressionnant qui contraste avec le bruit que je fais lorsque, dès mon premier repas, je casse mon verre par mégarde. Je me confonds en excuses d’avoir brisé le verre et le silence, tout en veillant à ne pas l’interrompre davantage… Mais la bienveillance autour de moi me rassure et me fait oublier rapidement ce petit incident humiliant pour le novice que je suis.

Très vite, j’aime ce lieu de méditation et d’enseignement enraciné dans les collines à la frontière de l’Ardèche et de la Drôme. Tous les jours, je prends un temps de promenade dans ces beaux paysages. Je participe sérieusement à toutes les activités qui sont proposées : temps de méditation, de questions-réponses, de partages fraternels, de travail manuel, d’exercices physiques. Je passe aussi beaucoup de mes temps libres dans la belle petite chapelle chrétienne qui y est aménagée.

La Source du Coeur, chapitre 5, Lionel Massart, Auto-édition Lulu.com

Share